La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que l'année 2020 était de loin la plus difficile qu'elle a vécue depuis son arrivée au pouvoir quinze ans plus tôt, tout en ajoutant que le début de la campagne de vaccination contre le COVID-19 faisait de 2021 une année d'espoir.

S'exprimant lors de ses derniers voeux du Nouvel An en tant que chancelière, elle a condamné le mouvement de contestation s'opposant aux mesures de confinement et a déclaré qu'elle demandera à être vaccinée contre le coronavirus dès que des doses du vaccin seront disponibles à grande échelle.

"Laissez-moi terminer en vous disant quelque chose de personnel", a-t-elle dit à l'adresse du peuple allemand en laissant, chose rare, apparaître son émotion. "Dans neuf mois auront lieux des élections législatives et je ne serai pas candidate une nouvelle fois".
"Aujourd'hui est donc très vraisemblablement la dernière fois que je suis en mesure de m'adresser à vous pour le Nouvel An", a ajouté la chancelière.

Angela Merkel, âgée de 66 ans, a guidé l'Allemagne et l'Union européenne pendant la crise financière mondiale de 2008 ou encore pendant la crise migratoire de 2015.

"Je ne crois pas exagérer en déclarant que jamais, au cours des 15 dernières années, nous n'avons trouvé l'année écoulée aussi pesante et jamais, malgré toutes les inquiétudes et un peu de scepticisme, nous n'avons eu hâte de débuter la nouvelle année avec autant d'espoir", a-t-elle dit.

L'Allemagne organisera en septembre prochain des élections législatives pour lesquelles Angela Merkel, dont les conservateurs sont donnés favoris pour le scrutin, devrait passer le relais à l'un des trois prétendants à sa succession à la tête de l'Union chrétienne-démocrate (CDU).

 

 

 

(Reuters)