La 4e Foire nationale du livre tunisien (FNLT) qu'abrite annuellement la Cité de la culture, sera organisée au mois de décembre prochain au lieu du mois d'octobre.

Au mois de juillet dernier, le comité organisateur avait annoncé la tenue de la foire du 13 au 23 octobre et l'ouverture des candidatures pour les prix de cette édition 2022.

Dans un communiqué publié, jeudi soir, le ministère des Affaires Culturelles a annoncé que ce report a pour but de faire participer toutes les parties intervenantes dans toute la chaîne du secteur du livre et de l'édition.

Cette décision a été prise lors d'une séance de travail avec les professionnels du livre et de l'édition au siège du ministère à la Kasbah. Au cours de cette rencontre de la ministre des Affaires culturelles, Hayet Ketat Guermazi, avec les représentants de l'Union des éditeurs tunisiens (UET), il a été décidé de mettre en place un comité pilote en vue de promouvoir le secteur du livre et de l'édition, en plus d'organiser une consultation nationale et un symposium national autour de l'industrie du livre.

Ce comité pilote aura pour principale mission de « faire le point sur les principales préoccupations des professionnels et les attentes du lectorat tunisien ». Il oeuvrera « à la simplification des procédures administratives en lien avec l'achat du livre et l'aide publique et le respect des droits d'auteurs ».

Il sera composé de représentants du secteur du livre et de l'édition dont des membres de l'Union des éditeurs tunisiens, de l'union des écrivains tunisiens, la Fédération tunisienne des éditeurs (FTE) et la Chambre syndicale relevant de l'Union tunisienne de l'Industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA).

Le ministère sera représenté par le coordinateur général de la commission des achats et trois autres membres relevant des affaires juridiques, des services communs et de l'organisme TUNISIEN des droits d'auteur et des droits voisins (OTDAV).

Il est également possible de faire appel à d'autres personnalités reconnues dans le secteur pour intégrer ce comité, indique le communiqué.

D'autres part, la ministre a souligné que les possibilités de dialogue et de concertation entre son département et les principaux acteurs dans le secteur du livre et de l'édition, demeurent ouvertes. Elle a encore insisté sur un dialogue qui sera fait sur la base des propositions faites par les professionnels en vue de promouvoir le secteur.

Rappelons que l'Union des éditeurs tunisiens a annoncé, le 28 août dernier, son «boycott de toutes les manifestations organisées par le ministère des Affaires culturelles dont les commissions de subvention, les foires nationales ainsi que sa participation aux foires du livre à l'étranger ».

L'Union dénonçait ce qu'elle qualifie de « marginalisation en plus de l'absence d'une stratégie efficiente de la part du ministère de tutelle et le manque de coordination avec les acteurs du secteur du livre et de l'édition». Cette décision avait été prise par les représentants du secteur « sur fond d'une crise profonde dans le secteur et le manque des subventions publiques ».

Exclusivement dédiée à l'édition tunisienne, la Foire nationale du livre tunisien est le fruit d'un partenariat entre le ministère des affaires culturelles, l'Union des éditeurs tunisiens et l'Union des écrivains tunisiens.

Depuis sa création en 2018, la Foire a été dirigée par quatre personnalités du secteur culturel. Youssef Soltani est à la tête de cette édition 2022.

Après une première édition organisée au cours de la seconde quinzaine du mois d'octobre, la Foire avait changé de date pour se tenir chaque année durant la seconde quinzaine du mois de décembre qui coïncide avec les vacances d'hiver.

Avec la fin des restrictions en lien avec la crise sanitaire et le retour à la normale, cette date n'a pas été retenue puisque l'édition de 2021 avait eu lieu durant l'été.

Ce rendez-vous culturel vise à promouvoir le livre tunisien à l'échelle nationale. La diffusion, la vente et la promotion du livre sont au cœur de cet événement d'envergure nationale.