L’instance Nationale de protection des Données personnelles (INPDP) a précisé que la consultation nationale ne traite pas de données dévoilant l’identité des répondants. La plateforme de la consultation électronique ne traite pas de données personnelles,
Dans une déclaration, l’instance indique avoir, le 20 décembre dernier, et à la demande du gouvernement, donné son avis sur la plateforme, à la lumière des données qui lui ont été fournies par le ministère des Technologies de la communication. La plateforme se contente, rassure, l’INPDP, de traiter des données tout en gardant secrète l’identité des interviewés.

Dans le cadre de ses prérogatives juridiques, l’Instance a également effectué un audit de la plateforme, en faisant appel à des experts en informatique, traitement des données et leur échange via internet, qui a confirmé le même constat.

Le contrôle et l’audit ont englobé les opérateurs du réseau public des télécommunications ainsi que le centre national de l »informatique (CNI).
Sur la base des résultats de ce travail d’audit et de contrôle, l’instance à rédigé son rapport final sur la plateforme électronique de la consultation nationale qui sera bientôt publiée, indique la même source qui tient à préciser que l’instance n’a pas pour mission d’évaluer la consultation en elle-même.

L’organisation I Watch a appelé vendredi à boycotter la consultation nationale en raison de « l’absence de garanties de protection des données personnelles des participants » et la crainte de voir la consultation « servir le seul projet du président de la République ».

Le directeur général des Technologies de la communication Chawki Chihi avait assuré, dans une précédente déclaration à la TAP que la plateforme électronique répond à toutes les normes de la sécurité et protège les données personnelles des répondants. Le ministère de tutelle, a-t-il poursuivi, avait signé un accord dans ce sens avec l’INPDP, le Centre national de l’informatique (CNI) et les opérateurs de réseau public des télécommunications.