Le ministère des Affaires Etrangères Français a commenté lundi 17 janvier, les violences contre les journalistes, lors des manifestations du vendredi 14 janvier, ancienne date de la révolution tunisienne.
« Plusieurs journalistes, notamment des correspondants de la presse française et internationale, ont été victimes de violences alors qu’ils couvraient les manifestations qui se sont tenues à Tunis le 14 janvier 2022. Cela n’est pas acceptable. » lit-on sur la page du ministère en réponse aux questions des journalistes lors d’un point de presse.
« La France souligne son attachement à la liberté d’information et à la liberté de la presse, en Tunisie comme partout dans le monde. »