Cinq décès dus à la rage ont été enregistrés en Tunisie depuis le début de l’année jusqu’à la mi-septembre courant contre un seul cas au cours de 2020, a fait savoir, mercredi, le ministère de la Santé.
Dans un document adressé aux médias et publié à l’occasion de la Journée mondiale de la rage, correspondant au 28 septembre de chaque année, le ministère a indiqué que la rage tue une personne toutes les neuf minutes dans le monde et l’infection provoque le décès des dizaines de milliers de personnes par an, principalement en Asie et en Afrique.

Selon le ministère, les enfants de moins de 15 ans représentent 40% des personnes mordues par un animal pour lequel il existe une suspicion de rage, notant que le coût de la rage à l’échelle mondiale est estimé à 8,6 milliards de dollars US par an.
A l’instar des autres pays du monde, la Tunisie, célèbre cette journée sous le signe « la rage tue et la vaccination est la solution ».

Le ministère a appelé les propriétaires de chiens à participer aux campagnes de vaccination annuelles organisées par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques, et à vacciner toute personne ayant été mordue, griffée ou même léchée sur une plaie ouverte par un animal.

IL a indiqué qu’une journée portes ouvertes visant à sensibiliser le public à l’importance de la vaccination des chiens contre la rage sera organisée, les 24 et 25 septembre courant, au Festival de l’environnement à Bizerte (à l’ancien port).
Des campagnes de sensibilisation seront, également, organisées dans le milieu scolaire, en partenariat avec les Scouts tunisiens ainsi que des campagnes de sensibilisation dans les médias.