L'Observatoire national pour la défense du caractère civil de l'Etat a fait part de sa profonde « préoccupation » face à la poursuite des mesures exceptionnelles du 25 juillet».
Dans un communiqué publié, mardi, l’observatoire a dénoncé un vide ” inquiétant ” au Parlement et au gouvernement qui a perturbé le bon fonctionnement de l’Etat à l’intérieur comme à l’extérieur.

Ce vide met en doute, selon l’observatoire, les promesses faites concernant la lutte contre la corruption, notamment après le discours prononcé par le président de la République, lundi soir à Sidi Bouzid.

Par ailleurs, l’observatoire a souligné “la nécessité d’accélérer la révision de la loi électorale et du régime politique, la nomination d’un gouvernement efficient, l’ouverture des dossiers en suspens liés notamment aux assassinats politiques et à la sécurité parallèle, et à la lutte contre le terrorisme”.

L’Observatoire a également appelé à préserver et à promouvoir les droits et libertés garantis par la Constitution de 2014, en application des principes universels des droits humains.

Le président de la République, Kais Saied, a souligné, lundi soir, la poursuite des mesures exceptionnelles décrétées, le 25 juillet 2021, annonçant la mise en place de nouvelles dispositions transitoires pour gérer le pays.

Lors d’une visite ” non annoncée ” au gouvernorat de Sidi Bouzid au cours de laquelle, il a assisté à un meeting au siège du gouvernorat, le président Kais Saied a souligné la désignation, sous peu, d’un chef du gouvernement et la mise en place d’une nouvelle loi électorale.