Le fondateur du mouvement « la Tunisie en Avant », Abid Briki, a qualifié le parlement suspendu de « périmé. »
Lors de son intervention dans Houna Shems mardi, Briki a considéré que « le parlement est le responsable de la destruction du pays, et la cause principale de la corruption qui a mené le pays à la détérioration. »
Il a par ailleurs, soutenu l’idée d’un référendum et d’élections anticipées.